Publié le : 22 juillet 201912 mins de lecture

Pour de nombreuses femmes, l’arrivée d’un enfant change complètement leurs priorités. On met de côté sa carrière pour passer plus de temps avec le bébé. Mais certaines femmes décident d’en profiter pour mettre les bases d’une future entreprise. C’est le cas d’Aleksandra Gabrysiak – Ruchaud. Sa fille est sa première priorité en ce moment. Mais s’occuper du bébé ne lui suffit pas. Elle a besoin d’une activité professionnelle pour s’épanouir pleinement. Aujourd’hui on va donc parler de l’équilibre entre la famille et le travail, de la patience et de la gestion du temps et de l’espace!

Peux-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours ?

Tout d’abord merci pour ton invitation. Je suis ravie de savoir que ce que je fais plaît aux gens et même si je n’ai pas l’impression de faire quelque chose d’exceptionnel je répondrai avec plaisir à tes questions.

J’habite en France depuis 7 ans. Je suis venue «juste » pour terminer mes études en langue française mais j’ai rencontré un Français et me voilà épouse et mère de famille vivant en France, dans la région parisienne plus précisément.

Ma première formation est artistique, j’ai fait le Lycée des Beaux Arts en Pologne. Je me suis tournée vers la langue française en commençant mes études supérieures. Mais même pendant cette période-là j’ai toujours continué le travail artistique et manuel : la peinture, les tapisseries et les bijoux que je crée depuis plus de 10 ans déjà.

Aujourd’hui je vends mes créations sur A little Market en attendant de pouvoir développer mon activité : ouvrir une boutique e-Commerce et plus tard avoir un vrai atelier. C’est le choix que j’ai fait pour pouvoir rester avec notre fille et la voir grandir. Sa naissance a changé beaucoup de choses.

Depuis quelque temps je travaille dans la technique de « wire wrapping » en explorant l’argent et des pierres précieuses et semi – précieuses. Cette technique n’est pas facile et exige quelques outils et surtout de la patience et de la précision. Je ne fabrique pas beaucoup mais chaque bijou créé est donc pour moi un pas en avant surtout dans l’acquisition de nombreux secrets de ce matériau exigeant.

Comment est né l’idée de vendre tes créations en ligne ?

J’ai commencé comme tout le monde en faisant des cadeaux à mes amies et des membres de la famille pour ensuite vendre petit à petit entre les amies et leurs amies. J’ai toujours voulu vivre de ma création et à l’époque ces ventes m’ont aidé à arrondir mes fins de mois. L’idée de vendre en ligne m’est venue assez rapidement. J’ai commencé à vendre sur des sites d’enchères, ça a marché assez bien. Pendant quelques mois c’était même ma seule source de revenus.

A mon arrivé en France je n’ai pas abandonné l’idée de trouver un endroit en ligne pour mes bijoux. J’ai eu de la chance de faire un stage chez Twenga – un comparateur des prix en ligne. Là – bas je me suis occupée de la traduction de la version polonaise du site, notamment des catégories artistiques. Pendant ce stage j’ai appris énormément sur la vente en ligne et le référencement des sites. Avant la naissance de ma fille j’ai travaillé à la Galerie « Roi Doré » où j’étais chargée, entre autres, de créer une boutique en ligne. Au cours de ce projet j’ai vu de nombreux sites de vente en ligne de l’artisanat et de l’Art tout court et j’ai trouvé des lieux de vente pour mes bijoux.

Justement, tu n’as pas encore ton propre site, où peut-on donc trouver tes créations ? Quels lieux de vente peux-tu conseiller aux autres filles qui se lancent dans la création et le fait-main ?

Pour le moment je vends surtout sur A Little Market. J’ai aussi un fan page sur facebook et une boutique sur le site Etsy.com mais elle est un peu en veille … Je m’apprête bientôt à ouvrir ma boutique sur we-shop.fr dont tu m’as parlé il y a quelque temps.

Personnellement je préfère A Little Market et ceci pour une raison simple – l’ouverture de la boutique et la mise en ligne des créations est gratuite. Il n’y a pas de frais fixes, pas d’abonnement… On ne paye qu’une commission de 5 % sur le montant de chaque vente. Je trouve ce concept très juste et très favorable notamment pour des personnes qui commencent et qui n’ont pas beaucoup de capital pour investir. Ceci, n’est malheureusement pas le cas d’Etsy.com et même s’ils offrent 20 mises en ligne gratuites ça n’est pas, d’après moi, suffisant pour se faire connaitre et commencer à vendre.

Je sais que pour l’instant la vente de bijoux n’est qu’un complément de revenus pour toi. Penses-tu que tu pourrais vivre de ta passion?

Pour le moment je ne peux consacrer à ma création que très peu de temps. Je garde ma fille et ceci est ma principale occupation.

Mais même si je ne fabrique que très peu de bijoux, je vends assez régulièrement cela prouve qu’en ayant un certain nombre de clientes fidèles et par le bouche à oreille on peut se faire un petit revenu comme moi en ce moment. J’avoue aussi qu’il m’est arrivé, en étant déjà maman, d’avoir des revenus mensuels avoisinant le SMIC ce qui est fabuleux pour une maman restant à la maison.

Pour répondre à la dernière partie de ta question je dirais que j’ai de la chance de vivre en France, pays connu pour son goût d’Art et du fait main de qualité. Je pense qu’en ayant de la patience et de la persévérance et surtout en faisant des choses originales et de bonne qualité il est tout à fait possible de vivre de sa création. Souvent on nous dit que la concurrence chinoise tue la création, oui mais seulement en partie et encore… Ceux qui cherchent de la qualité savent que cette dernière a son prix (ingrédients, prix, temps consacré) et sont prêts à le payer. Les gens commencent à être fatigués du « made in china » pour plusieurs raisons et c’est notre chance J .

Comment organises-tu ton travail au quotidien ? Combien de temps par semaine peux-tu y consacrer?

Je travaille uniquement pendant les siestes de ma fille et des fois les soirs mais pas tous les jours car j’ai aussi d’autres occupations quotidiennes. En moyenne cela donne peut être une dizaine d’heures pas semaine. Il m’arrive de travailler les weekends mais rarement car on essaie de profiter de ce temps en famille. En fonction du projet je m’organise pour profiter au mieux de mon temps libre et ainsi tout ce qui est un peu le travail « mécanique » comme soudure des formes, ponçage à la main, je le fais les soirs tandis que le vrai travail décoratif exigeant de la lumière et les yeux moins fatigués c’est plutôt dans la journée, quand ma fille dort. La seule chose que je fais des fois le weekend c’est le ponçage avec des outils électriques qui font du bruit, je profite donc de la présence de mon mari qui garde la petite. Tout ça c’est pour le travail avec l’argent et les pierres, pour tout ce qui est bijoux fantaisie je le fais pendant les siestes de ma fille car elles exigent beaucoup moins d’outils.

Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes mamans qui envisagent de commencer une activité indépendante pendant leur grossesse ou congé de maternité?

J’encouragerai toujours et pour toujours toute les femmes qui veulent se mettre à leur compte en vue de leur maternité. L’arrivée de l’enfant perturbe notre vie professionnelle d’avant et il arrive assez souvent qu’on perd ce travail. Du moment donc où on a une idée de ce qu’on veut faire et une sécurité financière pour se permettre de ne rien ou très peu gagner au début il faut y aller sans trop réfléchir.

La grossesse et la maternité sont une « pose » plus ou moins longue dans notre vie professionnelle même si on connaît des cas de femmes qui reprennent leur activité quasiment le lendemain de l’accouchement. Ca n’est pas ma vision de la maternité donc pourquoi ne pas en profiter et « s’essayer » pendant ce temps. Je pense aussi au statut de l’auto entrepreneur en France qui est très favorable pour débuter car on ne paie des cotisations que sur ce qu’on gagne. Si on peut je conseille de commencer déjà pendant la grossesse mais à vrai dire tout moment est bon dès qu’on a une idée qu’on trouve bonne J De plus, je pense qu’une activité ne serait – ce que minime pendant ce temps là est très bénéfique pour les mamans car cela permet de se réaliser sans renoncer au contact avec son enfant qui est très important, surtout pour des tout petits.

Créer même une heure par jour est pour moi un remède contre cette « douce mais fatiguant routine » tellement bien connue de toutes les mamans.

Quels sont tes projets ? Que peut-on te souhaiter ?

J’ai beaucoup de projets mais certains doivent attendre notre déménagement ainsi que le moment où j’aurai un peu plus de temps. J’aimerais bien revenir un peu à mes tapisseries mais surtout j’ai hâte d’avoir un vrai atelier pour pouvoir évoluer dans mon travail avec l’argent. J’ai déjà une liste d’outils et de matériaux à acheter pour me lancer dans un vrai travail de bijoutier. D’autre part, je souhaite aussi créer une vraie image de ma marque : nouveau logo, emballages etc. Je travaille là-dessus avec une amie graphiste.

Un jour j’aurais souhaité revenir un peu à la peinture et le dessin. Je pense qu’on ne peut me souhaiter que de la santé pour moi et ma famille. C’est le principal! Le reste s’arrange souvent tout seul si on y contribue un peu. Et là dessus je termine en te remerciant d’avoir consacré du temps à m’écouter et en te souhaitant tout comme à toutes les autres femmes de la bonne santé pour réaliser tout vos projets!